TURGOT

 

 Anne Robert Jacques Turgot naquit le 10 mai 1727 à Paris, et y mourut le 20 mars 1781. Il fut économiste et ministre de Louis XVI. Il associa ainsi vie politique et vie académique. En 1774 il fut Contrôleur général des finances où il tenta des réformes comme la libre circulation des grains, ou l’abolition de la corvée et des jurandes qu’il ne put mener à bien. La mauvaise récolte de 1774, la hausse du prix du pain pendant l’hiver 1774 et le printemps 1775, et la « guerre des farines » dans la région de Dijon ainsi que l’opposition du clergé, de la noblesse et de la haute finance à la libéralisation du marché des grains expliquent en partie son départ des affaires en 1776. Ces réformes étaient inspirées de son œuvre d’économie politique. Cette œuvre a eu pour but de concilier les doctrines des physiocrates comme Quesnay et de Jacques Claude Marie Vincent de Gournay l’inventeur de l’expression « laissez faire, laissez passer ». Elle se caractérise par une critique des normes étatiques et une défense de la libre concurrence (Mémoire sur les mines et carrières et le Mémoire sur la marque des fers mais aussi Lettres sur la liberté du commerce des grains de 1770). Turgot montre notamment que les propriétaires fonciers, les fermiers et les consommateurs ont intérêt au libre commerce. C’est dans son ouvrage intitulé Réflexions sur la formation et la distribution des richesses (1766) qu’il trace l’origine du commerce et reprend la théorie de Quesnay selon laquelle le sol est la seule source de richesses. Il traite aussi de questions concrètes comme l’impôt (Avis sur l'assiette et la répartition de la taille,1762 – 1770) ou de questions plus théoriques comme celle de l’intérêt (Mémoire sur les prêts à intérêt 1769). L’Ecole autrichienne contemporaine s’y réfère comme l’un de ses ancêtres par les thèmes qu’il développe (théorie de l’entrepreneur, théorie du libre commerce, théorie de l’intérêt), mais aussi par son attachement au principe du laissez faire. Il est perçu ainsi comme un élément de la filiation Cantillon* - Turgot - Say* - Mises* - Kirzner.

Bibliographie :

Les Oeuvres de Turgot ont été publiées par Dupont de Nemours en 9 vol. in-8 (1808-11), et l'essentiel en a été donné par Eugène Daire, en 2 vol., dans la Collection des principaux économistes (1844). Condorcet a écrit l'Éloge de Turgot. La Correspondance inédite de Condorcet et de Turgot (1770-79) a été publiée par Ch. Henry (1883) et les Lettres de Turgot le l'intendant de Caen (1775-76), par Villey (Bull. des sc. écon. et soc., 1899).

Plus récemment on peut consulter, Turgot, Administration et œuvres économiques, édité par Robineau, Paris. Turgot, Ecrits économiques, édité par Calmann-Levy, (1994), Paris. Turgot La formation et la distribution des richesses, Edité par Flammarion, (1997), Paris. Turgot, Laissez faire, Edité par Les Belles Lettres, (1997), Paris.

A. R. J. Turgot Valeurs et monnaies (projet d'article) (http://www.taieb.net/auteurs/Turgot/Val_mon.html)

A. R. J. Turgot Réflexions sur la formation et la distribution des richesses (http://fare.tunes.org/books/Turgot/refl_fdr.html)

Biographie de Turgot (http://cepa.newschool.edu/het/profiles/turgot.htm)

Murray N. Rothbard Biography of A. R. J. Turgot (1727-1781): Brief, Lucid, and Brilliant (http://www.mises.org/content/turgot.asp)

Murray N. Rothbard L'Eclat de Turgot (http://perso.wanadoo.fr/patrick.madrolle/economie/_turgot1.htm)