Histoire du libéralisme en Europe

 

Philippe Nemo et Jean Petitot (2006), Histoire du libéralisme en Europe, PUF, Quadrige Manuels.

 

L’objet de ce livre édité par Philippe Nemo et Jean Petitot se place dans la même perspective que celle qu’avait prise A. Madelin lorsqu’il avait dirigé un ouvrage sur le modèle libéral français[1]. Il s’agit de rappeler et de démontrer que le libéralisme n’est pas une innovation venue d’outre atlantique, un trait spécifique des sociétés anglaise et américaine mais une philosophie qui a traversé et s’est développée dans tous les grands pays d’Europe continentale comme la France, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Hollande ou la Suède. Le libéralisme serait en fait une synthèse opérée entre les traditions politiques et juridiques gréco-romaines et la morale judéo-chrétienne. Il se développe ensuite de la manière désordonnée sur tout le continent de la Renaissance aux Lumières et au-delà

 

Cet ouvrage n’a pas cependant que cet intérêt affiché. Il est aussi très utile pour apprécier les différences entre les différents types de libéralisme et l’influence qu’a pu avoir ou ne pas avoir l’école autrichienne d’économie sur les autres courants de pensée les plus proche comme le l’ordolibéralisme allemand ou les libertariens américains.

 

La part accordée à Hayek dans le libéralisme autrichien est importante puisque cinq articles sont consacrés au libéralisme d’Hayek. Seul l’article de Jörg Guido Hülsman traite de l’école autrichienne historique (Menger, Böhm-Bawerk) et de Mises. L’article de Roberta Adlaide Modugno aborde la délicate question des liens entre les libertariens et l’école autrichiennes. C’est dans cet article que la critique de Rothbard d’Hayek est traitée. L’auteur avance, cependant, les critiques de Rothbard sans les discuter. Aucune conclusion ne vient résumer l’article qui finalement traite de l’influence de l’Europe (autrichien) sur la philosophie américaine et libertarienne. Toujours sur le thème de l’école autrichienne d’économie, il faut lire l’article de Michael Wolgemuth qui propose une étude sur l’influence de l’économie autrichienne sur le libéralisme allemand.

 

Cette contribution est bien faite. Elle est complémentaire des travaux de Jesus Huerta de Soto, car elle met bien en évidence les points forts de la méthode et du paradigme autrichien qui a réussi à bien délimiter son champ d’analyse notamment vis-à-vis de la théorie de l’équilibre. La thèse de l’article est que l’école autrichienne n’a jamais réussi à être là au bon moment. Elle était dominée par la force de l’école historique allemande au moment de sa naissance. Une fois que ces idées ont été popularisé par l’école néoclassique de l’équilibre et sa théorie individualiste de l’action optimisatrice elle s’en est désolidarisée parce qu’à la suite des débats autour du socialisme de marché elle a considéré que la théorie de l’équilibre était non pertinente pour décrire la manière dont les agents se coordonnaient sur le marché. Minoritaire à son origine elle l’est restée parce qu’elle a continué d’approfondir les conséquences analytiques du subjectivisme et estimé qu’il n’était pas satisfaisant de penser le prix uniquement comme un paramètre de décision. Les thèmes de l’incertitude, du processus, du changement et leur désintérêt pour l’économétrie les ont marginalisé tout en leur permettant de survivre comme école proprement dite.

 

L’autre article qu’il faut recommander aux économistes intéressés par l’école autrichienne est l’article de Jesus Huerta de Soto qui expose la thèse selon laquelle l’école de Vienne n’aurait pas été ce qu’elle a été sans l’apport des travaux de l’école de Salamanque et les liens qu’entretenaient l’Espagne impériale et l’Autriche. On a là dans l’histoire des faits et des idées. On comprend comment la tradition des sciences économiques continentales est née contre la tradition smithienne et de sa théorie de la valeur travail. On peut regretter qu’aucun n’article ne fasse le même travail entre la tradition française et l’école autrichienne. L’école autrichienne contemporaine et les misessiens en particulier font de Say et de l’école de Paris une source d’inspiration, mais peut-on dire que s’était le cas à l’origine de l’école de Vienne.

 

On peut, pour conclure, regretter que de nombreux articles de ce livre soit des communications parfois non retravaillées qui n’obéissent pas aux principes les plus élémentaires de la présentation académique. On ne sait pas ce qui va être soutenu dans l’introduction et n’a pas quelques phrases de synthèses à la fin pour réfléchir sur ce que l’on vient de lire. Cela n’enlève rien à la richesse de cet ouvrage qui propose d’importante contribution à l’histoire du libéralisme.

 

François Facchini

Octobre 2006

 

 SOMMAIRE

Présentation générale par Philippe Nemo et Jean Petitot

I -- ORIGINES                

1 -- Les sources du libéralisme dans la pensée antique et médiévale par Philippe Nemo              

2 -- Juan de Mariana et la seconde scolastique espagnole par J. Huerta de Soto                    

3 -- La pluralité des opinions, une chance pour la vérité ? par Pierre Magnard              

4 -- Grotius, un libéral républicain par Hans Blom                    

5 -- La question de la tolérance chez Pierre Bayle par Albert De Lange

II -- LE LIBERALISME FRANCAIS                

1 -- La liberté du commerce et la naissance de l'idée du marché comme lien social par Gilbert Faccarello                  

2 -- Le débat sur la liberté du commerce des grains 1750-1775 par Philippe Steiner                 

3 -- L'économie politique française et le politique dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle par Loïc Charles                      

4 -- Lumières et laissez-faire, Turgot entre les physiocrates et un moment américain par Alain Laurent                   

5 -- Les idéologues et le libéralisme par Philippe Nemo               

6 -- Pierre Daunou, 1761-1840. Libertés politiques, économiques, scolaires sous la Révolution, l'Empire, les Restaurations par Gérard Minart               

7 -- Say et le libéralisme économique par Philippe Steiner                 

8 -- Le Groupe de Coppet. Mythe et réalité. Staël, Constant, Sismondi par Alain Laurent           

9 -- Benjamin Constant, le grand architecte humaniste de la démocratie libérale par Philippe Nemo                    

10 -- Eléments pour une étude de l'Ecole de Paris, 1803-1852 par Michel Leter                        

11 -- La vie et l'oeuvre de Charles Coquelin, 1802-1852 par Philippe Nataf                     

12 -- Le kantisme français et la pensée de Charles Renouvier par Marie-Claude Blais             

13 -- Les deux Républiques françaises par Philippe Nemo

 

III -- LE LIBERALISME ITALIEN                 

1 -- Introduction par Raimondo Cubeddu              

2 -- Le personnalisme libéral catholique dans l'Italie du XIXe siècle par Paolo Heritier             

3 -- Vilfredo Pareto et la révision du libéralisme économique classique par Philippe Steiner            

4 -- Le libéralisme radical des premières années du XXe siècle par Flavio Felice             

5 -- Le libéralisme de Luigi Einaudi par Enzo Di Nuoscio            

6 -- L'apport de Benedetto Croce par Roberta Modugno        

7 -- Libéralisme et illuminisme par Jean Petitot                 

8 -- Le libéral-socialisme italien par Luca Scarantino              

9 -- Liberté et droit dans la pensée de Bruno Leoni par Antonio Masala                  

10 -- Deux figures du catholicisme libéral au XXe siècle  par Dario Antiseri

 

IV -- LE LIBERALISME ALLEMAND            

1 -- Introduction par Patricia Commun             

2 -- von Humboldt et les origines du libéralisme allemand par Detmar Doering                

3 -- Le libéralisme authentique du XIXe siècle par Ralph Raico           

4 -- L'école de Fribourg par Viktor Vanberg             

5 -- La mesure humaine ou l'ordre naturel par Gerd Habermann              

6 -- Le libéralisme social de marché par Nils Goldschmidt              

7 -- L'influence de l'économie autrichienne sur le libéralisme allemand par Michael Wohlgemuth

 

V -- LE LIBERALISME AUTRICHIEN             

1 -- L'école autrichienne par Guido Hülsmann         

2 -- La théorie hayékienne... par Philippe Nemo       

3 -- Modèles formels de la "main invisible" par Jean Petitot              

 4 -- Hayek et le génie du libéralisme par Robert Nadeau        

5 -- Hayek ou la morale de l'économie par Jean-Pierre Dupuy           

 6 -- Hayek avec Kant par Jean Petitot         

7 -- L'épistémologie de Popper par Dario Antiseri            

8 -- Les Thchèques et les idées autrichiennes par Josef Sima                 

 9 -- Un dialogue entre les Autrichiens et les libertariens américains par Roberta Modugno

 

VI -- AUTRES PAYS D'EUROPE OCCIDENTALE           

1 -- Le libéralisme espagnol par José Maria Marco                

2 -- La pensée libérale au Portugal par José Manuel Moreira                   

3 -- Libéralisme et partis politiques aux Pays Bas par Henk Velde               

4 -- La transformation libérale de la Suède par Johan Norberg

EPILOGUE : La signification de la vie et comment il convient d'évaluer les civilisations par Barry Smith

 



[1] Madelin A. (ed.), Aux Sources du modèle libéral français, Perrin, Paris.